Rectificatif

Cette photo a déjà servi ici, il y a deux ans et demi, quand le « motard » Fillon avait demandé au secrétaire général de l’Elysée d’activer les procédures contre Nicolas Sarkozy. Il m’avait semblé que cette démarche pouvait éliminer son auteur de la compétition  présidentielle. Ce ne fut pas le cas. Il a continué son chemin, brillamment d’abord, jusqu’au désastre définitif de son passage, jeudi soir, sur France 2.

Il me faut donc rectifier ce que j’écrivais au lendemain du débat de TF1, quatre jours avant. Cette fois, après les ahurissantes déclarations du candidat de la droite à « L’émission politique », accusant un imaginaire cabinet noir d’avoir, à l’Elysée, orchestré la publication d’informations sur ses pratiques pécuniaires, et évoquant le suicide de Pierre Bérégovoy en 1993, c’est bien fini. Donald Trump au petit pied, balançant les fake news par brassées, je ne vois pas comment François Fillon pourrait accéder au second tour de l’élection présidentielle.

Voilà donc Emmanuel Macron favori pour devenir le prochain président de la République. Tout peut arriver dans les quatre semaines qui nous séparent du premier tour, le 23 avril, et il est possible qu’une fraction des électeurs de Fillon vote pour Marine Le Pen au second tour, le 7 mai, de même que certains partisans de Jean-Luc Mélenchon et de Benoît Hamon préféreront sans doute s’abstenir ou voter blanc plutôt que pour Macron, quintessence de ce qu’ils reprochent à François Hollande. De là à ce que M. Le Pen puisse rassembler 51% des voix, même avec une « jauge » diminuée par l’abstention, il y a loin, me semble-t-il.

Ce contenu a été publié dans Pouvoir, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *