Des juifs? Quels juifs?

Choisy-le-Roi_Boucherie_cachère

Causeur y a pensé avant moi. « Je suis casher », affiche ce site, dans les mêmes caractères que ceux que l’on voit partout pour « Charlie ».

Car hier vendredi, à Paris, un homme est entré dans un  magasin casher et a fait feu sur des gens qui s’y trouvaient. Pour quelle raison selon vous ? Qu’est-ce qui désignait ces personnes à sa vindicte ?

Rien d’autre, évidemment, que le fait qu’elles étaient juives, comme leur présence dans ce magasin pouvait autoriser à le présumer.

Si vos consultez les médias, ce samedi matin, vous n’en saurez rien. Il n’est question que de « Charlie », ou plus récemment d’Ahmed Merabet, le policier achevé mercredi sur un trottoir par ceux qui venaient d’assassiner les collaborateurs de l’hebdomadaire.

On a tué des juifs au hasard dans une rue de Paris le vendredi 9 janvier 2015 ? Silence quasi général. Le « live » du Monde parle d’ « otages » qui ont été tués. Quels otages ? Des « otages » pour quoi faire, pour négocier ou obtenir quoi ?

Il n’y a eu aucune prise d’otage par Amedy Coulibaly, mais une tuerie de juifs, d’emblée, dès son entrée dans le magasin. Le Monde ne vous dit pas qu’il s’agissait de juifs.

Tuer des juifs dans Paris en 2015,  ça ne fait pas un titre dans les médias. C’est banal comme de tuer des enfants juifs dans une école à Toulouse en 2012, ou des gens dans un musée juif à Bruxelles l’an dernier, ou de crier « mort aux juifs » dans les rues de Paris, ou d’agresser une famille juive dans un immeuble à Créteil.

Il va peut-être se trouver un journaliste pour dire que si Coulibaly s’est attaqué à un magasin casher, c’est juste parce que les juifs sont riches, comme chacun sait, et qu’il voulait piquer la caisse.

Il y aurait à dire sur la dégoulinade larmoyante que l’on subit depuis trois jours « en hommage » aux collaborateurs de Charlie Hebdo, présentés comme incarnant l’âme de la France. Or on peut être révolté par l’assassinat de ces hommes et femmes, on peut être déterminé à combattre ceux qui les ont tués, sans se reconnaître pour autant dans les idées et le style de ce journal, ni même dans sa décision de publier des « caricatures » désignant les musulmans  comme adeptes d’une foi intrinsèquement meurtrière.

Plutôt que de répéter jusqu’à plus soif « je suis Charlie », sur le modèle des campagnes « contre le sida » ou « pour le Téléthon », ne faudrait-il pas plutôt prendre conscience de la situation dans laquelle nous sommes et des dangers qui nous menacent ? N’est-ils pas temps de se mobiliser contre l’ennemi qui harcèle nos sociétés depuis les années 1990 ? Le moment n’est-il pas venu de choisir son camp au lieu de se réfugier dans une sorte de « pas nous ! pas nous ! » pathétique ?

L’histoire a montré la tendance d’un grand nombre de Français à se planquer en attendant que ça se passe. Cela leur a plutôt bien réussi. La plupart sont ainsi passés entre les gouttes au prix, pour quelques-uns,  de séjours imprévus mais pas mortels dans les usines et les fermes allemandes et, pour le plus grand nombre, de substitutions alimentaires regrettables (mais le rutabaga est aujourd’hui à  la mode).

« Je suis Charlie » traduit aujourd’hui une attitude de repli, quasi victimaire, avec laquelle on croit se donner bonne conscience en évitant les questions qui fâchent. Ce n’est pas cela qui fera peur aux djihadistes.

 

 

 

 

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Douce France, Mémoire, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

24 réponses à Des juifs? Quels juifs?

  1. Pat F. dit :

    Oui ce sont des juifs qui ont été tués, ou en tout cas qui étaient visés, par Coulibaly, oui il est entré dans ce magasin délibérément, mais s’il faut enlever aux victimes leur étiquette de Français pour la remplacer par celle de Juif alors on fait un pas dans la mauvaise direction.
    Je ne veux pas qu’on compte mes compatriotes selon leur religion, ou quoi que ce soit d’autre, cela ne fait pas de moi un imbécile manipulé, ou un aveugle. Nous savons déjà que les deux attaques étaient, d’une certaine manière au moins, coordonnées puisque les agresseurs se connaissaient, et que Coulibaly a agi en écho aux deux autres. Il n’a pas choisi l’endroit au hasard c’est certain, mais il n’a pas tué tous les gens présents son but n’était donc pas le massacre sinon il aurait tué tout le monde et aurait pris la fuite pour essayer d’aller en tuer d’autres.
    Si une catégorie de la population fait l’objet d’attaques spécifiques je comprends et j’approuve que l’on prenne des mesures spécifiques y compris préventives pour la protéger mais je me refuse a trier les victimes.
    Vous êtes journaliste et moi simple citoyen sans compétence particulière pour justifier de mes écrits, mais je crois que vous détournez les faits, et je me dois de vous le dire.

    Bien sûr je sais ce qui va se passer… j’aurai droit à une volée de bois vert et à des qualificatifs que je récuse par avance. Ca devient compliqué de dire ce qu’on pense dans ce pays sans prendre le risque de se faire ranger dans une catégorie ou dans une autre au bon plaisir de ceux qui ne fonctionnent qu’avec des classements et des jugements de valeur. #JeSuisCharlie et #JeSuisToutesLesReligions mais pourquoi dois-je me justifier ?
    PS: Jeannette Bougrab m’a ému aux larmes, toutes les victimes sont des Hommes et je les pleure, je pleure avec leurs familles sans aucune distinction, même les bourreaux ont des familles. Quelle violence, et pour quel résultat ?

    • Des dit :

      Pat, une tres tres jolie reponse. Et je vous classe comme journaliste si vous le souhaitez: ils n’ont pas plus de competences que vous et beaucoup moins de bon sens et fraternite.

    • Je suis Charlie et j'assume ! dit :

      C’est un point de vue valide. On pourrait après tout considérer que ce serait faire le jeu des terroristes que de ranger chaque victime dans une case qui lui correspond et par ordre d’importance. Et s’il n’y en avait que deux ? La case humaine et la case des salauds.

      • Cedru dit :

        Les quatre personnes qui ont été tuées dans cette épicerie étaient des juifs citoyens français qui faisaient leurs courses. Il n’y a pas eu, que je sache, d’équivalent dans une épicerie chinoise ou une boucherie halal. À Toulouse, trois enfants et un enseignant ont été assassinés à l’entrée d’une école juive. Il n’y a pas eu d’équivalent non plus dans une école catholique ou protestante.

        Donc il faut donc admettre qu’il y a des actes barbares commis en France, par des français, contre la communauté juive (qui, au passage ne se réduit pas à une religion).

        • Pat F. dit :

          Non monsieur je n’admets rien du tout.
          Je ne définis pas mes compatriotes comme vous en mettant la religion devant la nationalité. Je ne dis pas, et je ne pense pas, en termes de catholiques citoyens Français, musulmans citoyens Français, juifs citoyens Français. Je ne vois que des Français de confessions variées.
          La religion, la couleur de peau et l’origine sont des facteurs que je me refuse à considérer (ma mère est Italienne, et alors ? Je suis Français et je ne conseille à personne de me contester cette qualité !

          Je suis, comme la vaste majorité des gens de ce pays athée et laïque et votre simple présentation des faits me pose un problème. Les faits par contre sont indéniables il existe des atteintes aux biens et aux personnes de confession juive du simple fait de leur religion et il faut lutter contre cela.

          Avez-vous avez des solutions à proposer, qui n’aient déjà été mises en place, est-ce qu’il y a quelque chose qui n’est pas bien fait ? Toutes les pistes sont bonnes à étudier il va de soit.

          4 terroristes Français ont tué 17 Français c’est cela le problème parce que pour tuer des juifs ou des musulmans il faut déjà accepter de tuer. Comment des gens nés et élevés dans ce pays peuvent-ils devenir des assassins « politiques » (par opposition aux Droit Commun qui tuent pour d’autres raisons) que peut-on faire ?

          PS: Une question: Wolinski était juif non ? Pourquoi n’en parle t’on pas ??? Mystère pour moi.

          • Cedru dit :

            Wolinski n’a pas été tué en tant que juif, mais parce qu’il faisait partie de la rédaction de Charlie Hebdo. Ne pas reconnaître que les français tués à la porte de Vincennes, l’ont été en tant que juifs c’est refuser de voir la (triste) vérité en face.

            Avez-vous un exemple à nous donner d’un acte terroriste commis en France spécifiquement contre des représentants d’une autre communauté que la communauté juive ?

  2. Bernard Henry Botul dit :

    Si vous n’aviez pas massacré les Palestiniens et volé leur pays on en serait pas la !
    Marre de votre folklorique guerre de religion, de vos mensonges , de vos mains rouges de sang !
    Vous faites vous même le lit de vos malheurs , alors basta ,la pleureuse !

    • Cedru dit :

      C’est qui « vous » ? Vous confondez le peuple juif avec l’état d’Israel. Les français qui se trouvaient dans l’épicerie de la porte de Vincennes n’ont fait de mal à personne !

  3. zanina dit :

    en reponse à bernard Henri je suis effrayée ,non seulement par votre inculture mais aussi par votre sectarisme ,comment peut-on proférer de telles sottises en étant persuadé d’avoir raison lisez renseignez-vous vous parlerez après

  4. Commentateur dit :

    Pat, si Coulibaly voulait tuer des tennismen il serait allé à Pierre de Coubertin. Ce type voulait tuer des Juifs, peu lui importe s’ils étaient français ou autre. ll est venu en reconnaissance quelques temps plus tôt, c’était un acte délibéré et planifié. Et il a tué quatre personnes et blessé quatre autres, c’est déjà un bon petit massacre vous en conviendrez. Les frères K n’ont pas tué tout le monde à Charlie Hebdo, ils ont laissé notamment la vie à une femme dans leur mansuétude. Ils ont aussi laissé la vie au caissier de la station service. Mais ce qu’ils voulaient abattre c’est des journalistes de Charlie Hebdo. Donc il ne faut pas se voiler la face, même si cela vous dérange, ce Coulibaly voulait assassiner des Juifs. Non pas des militants sionistes, ni des grand- rabbins, mais simplement des clients dans un supermarché cachère donc vraisemblablement des Juifs. Et il a atteint son objectif. Toutes les victimes Porte de Vincennes sont Juives (et françaises également je vous l’accorde). C’est lui qui a choisi ses victimes. Au nom de l’islam radical. Comme Merah.

    Quant à BHB, et sa mauvaise foi, je dirai simplement que l’état d’Israel a été créé en 1948 et que l’OLP de Yasser Arafat a été créée en 1964. Les musulmans n’ont pas besoin d’Israel comme bourreau, ils sont très efficaces pour se massacrer les uns les autres, aujourd’hui en Syrie, en Iraq, au Pakistan en Afghanistan et dans le passé récent en Algérie. Et je déplore la perte de toute vie humaine.

  5. Je suis Charlie et j'assume ! dit :

    Et à la fin ce sont les terroristes qui gagnent.

    C’est le sentiment que j’ai à la lecture de plus en plus d’article de ce genre et surtout des commentaires qui les jalonnent à l’instar de celui du dénommé Bernard Henry Botul plein de colère et d’amalgame.

    Si je comprends et approuve le fond de votre article, les formes me dérangent à certains endroit.

    Je soutiens votre message. Les médias et les responsables politiques ne mettent pas assez l’accent sur le caractère antisémite de la tuerie de Vincennes. Pourquoi ? Je ne suis pas trop sûr. Peut-être parce que c’est évident. Peut-être parce qu’encore sous le choc de trois jours consécutifs d’attaque nous n’arrivons plus à mettre des mots sur ces crimes. Peut-être parce – la majorité des Français n’étant pas juifs – avant d’être des victimes juives, elles sont perçues comme française. Maintenant que j’y pense, lorsque Vendredi matin (je vis à l’autre bout de la planète) j’assistais en direct aux événements, c’était avant tout parce que des compatriotes étaient en danger que je n’arrivais à contenir mes larmes.

    Mais certainement pas parce qu’il est considéré comme banal en France que des juifs soient attaqués ! Comment pouvez-vous décemment dire cela ? Les tueries de Toulouse, de Bruxelles, l’horrible assassinat d’Ilan Halimi, l’affaire Dieudonné, le couple de Créteil… Vous ne pouvez pas dire qu’en France l’antisémitisme est pris à la légère ni par les médias, ni par notre gouvernement ! Les juifs français sont trop souvent victimes d’intolérance et de violence et c’est insoutenable nous sommes d’accord, mais l’attitude victimaire a-elle aussi ses limites !

    Et alors insulter à demi-mot, dans un esprit rance de revanche, de moutons effrayés ceux qui descendent dans la rue exprimer leurs émotions et réaffirmer leur liberté, c’est la cerise sur le gâteau de votre article qui avait pourtant bien commencé ! Qu’il est facile de critiquer les gens quand tous n’ont pas accès au microphone ! Quand les gens ont tant de souci à régler dans leur vie avant de trouver le temps et l’énergie pour entamer un nouveau combat ! Quand personne, parmi ceux qui ont le pouvoir et la voix qui porte pour le faire en leurs noms ne le fait et qu’à la fin il ne reste plus que les Le Pen sur la place du débat public !

    D’habitude consterné et désillusionné lorsque je consulte quotidiennement les nouvelles, je ne suis pas de ceux qui donnent du violon larmoyant pour le spectacle. J’ai versé malgré moi, seul dans mon appartement et loin de mon pays, mes larmes ces trois derniers jours. Mes larmes sur les victimes de Mercredi – de l’agent d’entretien à Cabu. Mes larmes sur la policière assassinées Jeudi. Mes larmes sur les victimes de Vendredi, compatriotes humains avant tout. Mes larmes sur une France qui chaque jour se déchire un peu plus. Mes larmes sur une humanité qui ne semblent pas avoir tant évolué trois siècles après le temps des lumières… cela fait-il de moi un mouton pathétique comme vous prétendez que le sont les centaines de milliers de personnes qui sont dans la rue ?

    Les questions qui fâchent ? OUI il faut sérieusement se mettre enfin à les poser, je vous rejoins sur ce point. Mais parlons-nous des mêmes ? Posons-en quelques-une dont certaines reviennent souvent d’ailleurs dans la bouche de ceux qui ont dit « bien fait, il l’ont cherché! ». Pourquoi en France, quoiqu’on en dise, condamne-t’on plus l’antisémitisme que l’islamophobie ? (à l’heure où j’écris ces lignes, mon correcteur automatique ne reconnait même pas la seconde forme d’intolérance citée !). Comment des jeunes musulmans en sont venus à proférer des clichés antisémites qui n’ont rien à envier à ceux des Hitlériens ? Pourquoi le monde ne réussit toujours pas depuis 60 ans à résoudre un conflit Israélo-Palestinien aussi pathétique que dévastateur? Pourquoi y avaient-ils des Français qui arrivaient à justifier les propos de Dieudonné ? Comment se fait-il que rien n’ait été fait à l’échelle nationale pour que les communautés se rencontrent, communiquent avec ceux-là qui ont peur et qui vont voter Marine ? Pourquoi des musulmans, plutôt que de descendre dans la rue pour expliquer pourquoi il ne s’excuseront pas pour les actes de fous, préfèrent rester chez eux alors que leur communauté a elle été aussi touchée et mise en danger par les crimes de ces trois derniers jours ? L’obsession d’apparence paranoïaque de l’Islam radicale étaient-elles justifiée ? Pourquoi certains y-ont vu des insultes plutôt que des sonnettes d’alarme ? Comment se moquer des religions sans les insulter ? Comment être religieux et accepter qu’on se moque de sa religion ? Peut-on être croyant et se moquer de sa propre religion ? Pourquoi des religieux de tout bord, quoiqu’à majorité chrétiens avant tout, ont senti le besoin dans une république laïque de nier à deux citoyens de même sexe le droit législatif de s’unir ? N’a-t’on pas fait empirer les choses avec le renforcement de la loi sur la laïcité à l’école ? Est-on juif, musulman, chrétien ou autre avant d’être Français, l’inverse ou les deux en même temps ? Ca veut dire quoi croire en Dieu au 21eme siècle ? Comment vivre ensemble et se connaître ? ….

    J’espère comme vous que la France de l’après 7 janvier sera celle qui parle de ses problèmes et des questions qui fâchent – ou du moins qui font réfléchir – et déboucher sur des solutions. Les centaines de milliers de gens qui demain seront dans la rue ne le seront pas que pour afficher leurs émotions, mais aussi pour réaffirmer leur volonté de vivre ensemble, d’avancer ensemble. Les questions sont très nombreuses car laissées en suspens ces 15 dernières années si ce n’est plus. Il y aura des engueulades, des difficultés à communiquer, à se comprendre. Mais si rien n’est fait je n’ose imaginer ce qui nous attend tous. Nous sommes tout deux d’accord que nous sommes au bord du précipice. Je pense que tout deux, ainsi que les prétendus moutons qui sont dans la rue, souhaitons nous en écarter.

    Vous parliez de camps. Aussi manichéen que cela puisse paraître, il n’y en a que deux.. nous sommes dans le même, et ceux qui sont en masse dans la rue aussi… ne les en évincez pas en niant la réalité de leurs émotions et en doutant de leur volonté à se regarder enfin dans la glace, ou bien votre combat, notre combat, est perdu d’avance.

    Merci.

  6. TAIEB Alain. dit :

    Pat .F nous dit qu’il se refuse à trier les victimes.
    Il est regrettable que sa philosophie ne s’applique pas également chez les Extremistes islamistes qui eux… les trient convenablement!!!.L’appartement du viol d’une femme était, à Creteil celui d’une famille juive. L’école où des petits de 5 & 7 ans ont été « abattus » était une école juive à Toulouse, le musée aux 4 victimes était un musée Juif…
    Je comprends que cet assassinat à Vincennes vient déranger l’instant de communion national consacré aux journalistes par les journalistes….. Désolé d’être morts au mauvais moment.
    Quand à Bernard Henry Botul, qui lui au moins affiche son nom et le courage de ses opinions,une petite révision de l’Histoire de l’Humanité lui permettrait de mieux comprendre ce dont il parle .
    Le Christ ( appelé Yehoshua à sa naissance) est né et mort en « terre d’Israel » il y a plus de 2000 ans.La Palestine est un nom donné ou repris par les puissances coloniales françaises et britanniques du temps de leur mandats.
    Enfin le juifs de France (les survivants de la seconde guerre mondiale et du nazisme) ne font aucune « guerre de religion » et veulent vivre en paix en France à l’abri des fanatiques , meurtriers et des idiots ignorants.(il y en a clairement beaucoup)
    PS: les plus grands massacres depuis 3 ans(des milliers et non pas 17 comme à Paris ces jours-ci) .. touchent les chrétiens d’Orient qui vivent ( vivaient) depuis des millénaires dans ce qu’on appelle aujourd’hui la Syrie et l’Irak.
    quel rapport avec les Palestiniens??..
    Mais une fois de plus des demandes d’excuses d’être mort à Vincennes au mauvais moment et de venir troubler une communion à laquelle les juifs de France ne semblent pas les bienvenus

    « Je suis juif . Je suis Charlie »…. Ou….  » Je suis Charlie. Je suis Juif »
    Cela fait moins compact et simple que seulement
    « Je suis Charlie. »

    Mais rassurez vous.. le noir sera aussi très présent chez les juifs de France aujourd’hui, dimanche 11 Janvier, dans les cimetières juifs de paris ou les familles enterreront leurs proches.
    Alain TAIEB.

  7. lafronde dit :

    Relever le gant avec une pancarte « Je suis cacher » me semble aujourd’hui bien plus courageux que défiler avec le pouvoir au nom de « Je suis Charlie ». Ce n’est pas la première fois que l’on tue en France des israelites parce que israelites. La citoyenneté française (ou la résidence en France) comporte donc un risque supplémentaire lorsque par ailleurs on a une filiation/religion/écoles/alimentation respectivement israelite ou cacher. Ce risque supplémentaire quelle est l’instance qui le prend en charge ? Avec quel résultat ?

    Soumettre les politiques publiques et les politiciens français à une obligation de résultat, (sécuritaire, économique…) comme n’importe quel acteur de l’économie de marché. Questionner l’organisation sécuritaire française. Ces attentats seraient-ils possible en Suisse ?

    Dans notre pays centralisé les politiques judiciaires, pénales et carcérales dépendent du marché politique national. L’objectif sécuritaire y est concurrencé par l’objectif carriériste et électoral du politicien : une émeute dans une cité lors d’un contrôle judiciaire fait aisément reculer le pouvoir de l’Etat. Or où étaient cachées les armes de guerre ? Où se tiennent les recels et les trafics qui les finances ?

    Dans ces conditions pourquoi accorder sa confiance à l’Etat ? aux politiciens français ? C’est ici que l’Histoire et le Libéralisme peuvent aider à trouver une sûreté satisfaisante pour nos concitoyens concernés par la judéité.

    Les huguenots ont assurés eux-même leur sécurité (leurs places de sûreté) jusqu’à ce que l’Etat absolutiste (déjà) leur reprenne cette autonomie. Ensuite ce fut la conversion ou l’exil.
    Ni la police ni la justice ne sont des fonctions fatalement déléguée à l’Etat central : La Suisse et les Etats-Unis le démontrent en ayant conservé ces fonctions au niveau des cantons ou des etats fédérés. Ces collectivités territoriales sont donc en concurrence sécuritaire (tout aussi bien qu’économique et sociale) Une personne menacée peut donc choisir l’asile le plus sûr.
    En France cette centralisation date de la Révolution et de Bonaparte.

    Je ne crois pas que la distance entre le citoyen et le pouvoir d’Etat ne permette jamais le retour d’une sûreté optimale (non liberticide) D’ici que la société civile réforme la République française de ses travers, une solution serait de réclamer à cette République les moyens de légaliser une Agence de Sûreté communautaire.

    Celle-ci pourrait assurer à sa communauté une égale chance de survie aux tentatives d’attentat. L’égalité des chances n’est-elle pas la devise préférée de la République ?
    L’appliquer à la sûreté, première des libertés.

  8. Jean Pierre dit :

    Bravo, Monsieur.
    Votre article est totalement juste. Les Francais de religion juive sont menacés en France. La presse se gargarise de la participation de Hollande a la manif « telethon » d’aujourd’hui, la dernière fois c’etait Mitterrand qui participait à la manipulation anti-fn pour la profanation du Cimetiere de Carpentras. La notion de communautés ne peut exister en France, il n y a qu une communauté nationale. La presse et les partis dits republicains depuis 40ans publicisent le communautarisme en France. la religion musulmane allogène essentiellement représentée en France par des descendants d’un lumpen proletariat maghrebin, africain et turc est culturellement antinomique avec la culture française d’où leur regroupement en communauté. Du fait de la loi, ils sont devenus français en quelque sorte malgré eux or comme cette France ne demande rien en retour, il n y a même plus de service national, leur communautarisme a ete accepté par la bien pensance. Aujourd hui sur rtl, Sifaoui n a pu nous epargner le couplet sur la Palestine et le fait que les musulmans souffraient dans le monde, etc. En France, les reactions des citoyens ne peuvent être dictées par un conflit étranger. Si c’est le cas, c’est gens ne sont pas français. Jaurès en a payé le prix fort. Ensuite, les musulmans de France ne comprennent pas qu’ils sont sommés par le petit blanc souchien de démontrer leur amour pour la France, ce n est peut être pas juste mais c est aux yeux du petit blanc de base-le beauf honni par Cabu, l unique façon de prouver leur integration. De toutes les manières, le petit blanc est à deux doigts de se sentir completement trahi par les elites, il lui reste Le Pen mais les boutiquiers du FN le decevront rapidement. Dans les deux ans, la guerre sera civile. La France se dirige tout droit vers un retour du slogan: La valise ou le cercueil. Ceux qui manifestent ne representent à tout peter que 2 à 3 millions de bobos et de suiveurs. Les 25% de votants FN sur lequel la classe politico-mediatique a craché par leur reactions stupides vis a vis des communistes patriotes lepenistes est constitué de gens qui ne bougeront pas une oreille en cas de coup d’etat. Tous les elements sont reunis pour enfin renverser cette Republique faible et proceder a l epuration des elites dirigeantes coupables depuis 40 ans mais qui s en lave les mains en ostracisant la France eternelle hellenno-judeo-chretienne qui pour eux est obsolete, honteuse, une fiction de l imagination des cerveaux malades. Pour info, il sera interessant de voir combien changeront d avis lorsque les armes auront commencé à parler car peu ont un reel corpus ideologique. Entendre Mace Scaron reclamait le retour des RG alors qu’il y a 5-6 ans il denoncait une police politique demontre que determinés une poignets d’hommes peuvent renverser cette Republique constituee de victimes en puissance. Les allogènes ont raison les Français sont des babtous fragiles, enfin pas tous…
    Un Cerveau Malade organisé avec beaucoup d’autres cerveaux malades.

  9. Patrick Jarreau dit :

    Les médias – du moins ceux que j’ai suivis – et les politiques ont manifestement pris conscience, samedi, du problème. Les uns ont donné davantage de temps ou d’espace à la tuerie du magasin casher; les autres sont allés sur place exprimer leur solidarité avec les juifs de France, visés par ce tueur vendredi comme par d’autres avant lui.

    Quoi qu’on pense au sujet d’Israël et de la Palestine, il est de fait qu’une catégorie de la population est exposée, en France, depuis 2002, à des agressions verbales et physiques qui sont allées jusqu’au meurtre d’enfants devant une école. Même si l’on constate aussi des actes visant les musulmans, ils ne sont ni aussi nombreux, ni aussi violents. Les Français juifs sont en danger du simple fait d’être identifiables comme tels. Certains d’entre eux estiment d’ailleurs que le mieux qu’ils puissent faire est de quitter leur pays. Cela rappelle des souvenirs.

    Il faut se réjouir de la démonstration d’unité que les Français donnent, depuis trois jours, face au terrorisme islamiste. « Je suis Charlie » signifie que nous refusons d’entrer dans les vues de gens qui cherchent à nous faire accepter leur conception du monde et de la loi, autrement dit à nous imposer leur pouvoir. C’est très bien.

    Je regrette pourtant que cette unanimité semble être considérée, par ceux qui ont la parole, comme une justification intégrale de notre société telle qu’elle est, de nos idées telles qu’elles sont seules admises par les médias. Défendre le droit d’un journal comme Charlie à être ce qu’il est ou était – bête, méchant, vulgaire, sectaire, etc. -, affirmer que ce droit résulte de principes auxquels nous adhérons tous, je le comprends et j’y adhère.

    Mais ne faudrait-il pas parler aussi des valeurs pour lesquelles nous sommes – éventuellement – prêts à nous battre? Que toutes les valeurs puissent à égalité être défendues, est-ce suffisant? N’y a-t-il pas des choix à faire et à assumer?

    Je ne prétends pas faire le malin, encore moins le bravache. L’unité nationale est précieuse. Il se trouve que j’ai été en poste aux Etats-Unis au moment des attentats du 11 septembre 2001 et que j’y ai vu à la fois les mérites et les risques du réflexe patriotique, surtout quand il comporte une forte dose de peur.

    Nous ne sommes certes pas menacés, aujourd’hui, en France, par des tentations comparables à celle à laquelle George Bush céda lui-même et dans laquelle il entraîna son pays il y a douze ans. Mais je retrouve le danger de croire que l’attaque subie justifie le pays ou la société qui en sont la cible et commande le silence à toute critique.

  10. François dit :

    La plus grande menace de ce pays, c’est encore le communautarisme.
    Des gens qui vivent sur le même territoire en haïssent d’autres pour des motifs religieux, ethniques, et à chaque fait divers, la communauté qui a ramassé joue la carte de la stigmatisation. En matière de relations presse, on ne fait pas mieux.

    A plus long terme, on en revient à revoir les faits avec une partialité dérangeante, et l’exemple d’Alain TAIEB plus haut, avec l’école juive de Toulouse (paix à leurs âmes) en est extrêmement révélatrice. N’oublions pas que parmi les victimes de Merah, il y avait des militaires, pas vraiment « de souche ».
    A nouveau, ces attaques ont fait 17 morts en 3 jours. 17 morts français, dont de nombreuses personnes des forces de l’ordre, mortes pour la France : blanches, noires, arabes.

    Il apparait alors assez indécent et dangereux de vouloir tirer la couverture sur seulement 4 de ces victimes, parce qu’elles avaient une religion en commun.
    C’est également malhonnête de reprocher un prétendu silence médiatique sur l’attaque de la Porte de Vincennes quand on sait que BFM et iTélé pour ne citer que ces médias à fortes audiences, passent en boucle les images de l’assaut, que M. Cukierman est interrogé sans relâche par l’Express, RTL, Le Point, JDD, 20mn, etc.

    Personne ne met en doute le motif antisémite derrière le choix d’un hypermarché casher.

    Les Juifs de France sont en danger sur notre territoire ? Oui, c’est possible. Mais derrière ces attaques, c’est toute la France qui est en danger : les flics et les militaires, parce qu’ils incarneraient la répression/l’impérialisme (et autres foutaises du genre), les journalistes, parce qu’ils prennent la parole et se permettent de prendre des risques, et, finalement, toute personne qui se trouverait au mauvais endroit, au mauvais moment, comme l’employé de maintenance dépêché par Sodexo dans les locaux de Charlie Hebdo.

    Personne n’a intérêt à ce que se crée un grand concours de la communauté la plus en danger/stigmatisée/la plus martyre à travers l’histoire etc. parce qu’il en résulterait une concurrence néfaste voire haineuse, comme un dénommé Dieudonné nous l’a très bien démontré il y a peu.

    Ayons la décence de ne pas oublier que, devant la mort, nous sommes tous égaux. Juifs, Catholiques, Musulmans, blancs, noirs, arabes, flics, journalistes, employés.

  11. lafronde dit :

    Ne pas confondre communauté avec communautarisme ! La communauté est une sorte de famille élargie, qui peut rendre toutes sortes de services très utiles aux familles qu’elle rassemble : échanges économiques, éducation, entraide, traditions et religion. Elle se montre une institution bienveillante partout et depuis toujours. Chaque individu hérite de sa communauté de naissance, et dispose de cet héritage comme il l’entend : il l’accepte, le transmet ou le récuse. Le communautarisme en revanche est un outil de clientélisme politique destiné à la réélection du politicien professionnel, au prix de faveurs, de passe-droit et d’exemption fiscale ou autre. Ce système clientéliste est nuisible au bien commun.

    Tout l’art des politiciens et journalistes mainstream français est de faire passer l’institution communautaire traditionnelle (qui serait apte à se passer des politiques publiques onéreuses autant qu’inéfficaces) pour du communautarisme que ces responsables politico-médiatiques sucitent eux-même ! Comme le craignait Tocqueville, l’Etat absolutiste peut régner sur les individus une fois détaché de leur communauté, c’est à dire dépourvu de tout moyen de résistance.

  12. Julio dit :

    Et qu’est ce qui fera peuraux djihadistes ?

    • Patrick Jarreau dit :

      Il me semble que le djihadisme, comme d’autres courants politiques rejetant les principes de base qui règlent nos sociétés, se nourrit de notre manque de confiance et de fermeté dans l’application de ces principes. Par exemple, reculer devant l’accusation d' »islamophobie » quand ces règles sont mises en cause – dans l’enseignement ou dans la santé publics, ou s’agissant de la liberté des femmes dans certains quartiers – me paraît de nature à encourager les islamistes.

  13. Camille dit :

    Des millions de personnes sont descendues dans la rue aujourd’hui pour rendre hommage à Charlie, aux policiers assassinés, aux victimes juives, et en solidarité avec les seize otages juifs, qui, ne vous en déplaise dans un autre de vos articles, ont bien été retenus en otage pendant quatre heures, le temps nécessaire au terroriste pour s’organiser et communiquer.
    Avec cette extraordinaire communion des esprits et des coeurs révélée aujourd’hui, certains comprendraient mal que telle ou telle catégorie de victimes cherche à tirer la couverture à soi, et vos articles sur le sujet, non seulement sont tendancieux, mais ne reflètent en aucun cas l’attitude de la communauté juive.
    Et les français pendant la seconde guerre mondiale, tous des planqués ? C’est insulter tous les morts pour la France.
    Mais quelle sorte de journaliste êtes-vous donc ?

  14. Henri-C. dit :

    « la plupart sont ainsi passés entre les gouttes » non mais! Mon grand-père, son frère, mon père, 2 oncles sont « morts pour la France » et vous, vous étiez où? Considérez-vous comme giflé.

    • Patrick Jarreau dit :

      A Camille et à Henri-C.:
      La plupart veut dire la plupart. Devant celles et ceux de la Résistance et de la France libre, j’ai toujours été et demeure au garde-à-vous, le petit doigt sur la couture du pantalon et les larmes aux yeux.

  15. merlen dominique dit :

    bonjour Patrick
    pour une fois je suis d’accord, complètement, avec toi.
    Ton article a suscité de nombreux commentaires, que je ne commenterai pas, car je ne suis ni journaliste, ni expert dans les domaines politiques ou religieux.
    Ce que je retiens seulement de tous ces commentaires, c’est qu’il est dommage que des gens qui partagent la même nationalité, et vraisemblablement les mêmes éducations judéo-chrétiennes , arrivent à n’être pas en accord complet sur ces tristes événements.
    Arrêtons de nous chamailler! Agissons!

    Dominique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *